La traduction est une science exacte qui ne laisse que très peu de place à l’approximation. Dans le cadre d’une traduction spécialisée, il est vivement conseillé d’adopter une stratégie de traduction minutieuse. Et ce n’est pas donné à tout le monde ! En effet, le métier de traducteur est chronophage. Cependant, il s’avère très jubilatoire lorsqu’un texte est parfaitement traduit. Dans cet article, nous allons passer en revue les cinq erreurs de traduction en anglais les plus courantes. Elles s’appliquent d’ailleurs à la plupart des langues.

1. La traduction littérale (mot à mot)

Le travail de traduction nécessite que vous traduisiez le document source dans une langue cible sans modifier le sens du texte. Un piège récurrent dans lequel tombent beaucoup de traducteur est d’en réaliser une traduction trop littérale. Lorsque vous traduisez mot à mot, le texte résultant peut ne pas avoir beaucoup de sens. En anglais, vous pourriez par exemple traduire des expressions mot à mot qui auraient un rendu incohérent.

Chaque langue a son propre style de construction de phrase ou sa propre syntaxe. Par exemple, dans certaines langues, le placement de l’adjectif peut être différent. Les règles d’accord sujet-verbe peuvent aussi varier. Dans d’autres, on attribue également un genre neutre. Toutes ces différences peuvent ainsi être propices à des erreurs de traduction. Il convient alors de choisir un traducteur anglais professionnel qui se détache du texte original tout en conservant le sens et l’objectif de celui-ci. Le traducteur doit alors parfois faire des sacrifices afin d’adapter le texte du mieux possible dans la langue cible.

2. Mauvaise utilisation du vocabulaire

Des erreurs de traduction en anglais peuvent facilement être évitées. Cela arrive souvent avec les traducteurs inexpérimentés ! Ils peuvent utiliser des mots dans un contexte incorrect. Il existe certains mots, phrases et jargons qui n’ont tout simplement pas d’équivalent dans la langue cible. Dans ce cas, il vaut alors mieux laisser le terme original comme tel quel plutôt que de créer quelque chose qui ne correspondra pas aux standards de qualité du client.

Ceci est particulièrement vrai pour une traduction de documents juridiques. En effet, il existe plusieurs expressions latines ou françaises qui sont utilisées même dans des documents anglais, ou dans des tribunaux où l’anglais est la seule langue utilisée. Par exemple : voire dire, ab inito, de facto, habeas corpus etc.

3. Mauvaise syntaxe

Les traducteurs sont parfois tentés d’exagérer dans le but de paraître diligents. Cependant, ce n’est pas nécessaire, et certainement pas apprécié, lorsque le document traduit est truffé de termes compliqués et techniques. Il est important de comprendre ce dont le client a besoin, et de procéder en conséquence.

Gardez un langage simple si le document est destiné à un usage personnel ou s’il s’agit d’un guide ou d’un manuel. S’il s’agit plutôt d’une œuvre littéraire et qu’elle doit être publiée, demandez des directives quant aux standards de qualité et les modalités éditoriales.

4. Ton et style inapproprié

Chaque type de document a un certain style de rédaction, et il est important de le savoir. Si vous n’êtes pas familier avec le style approprié, le document traduit pourrait être de mauvaise qualité. Par exemple, vous ne pouvez pas traduire de la même manière des documents juridiques et une traduction médicale ou un scénario de film. Chacun de ces documents a son propre style distinct. Si vous n’utilisez pas le style approprié, le document traduit semblera sans âme.

Adopter le bon ton est très important. Même les ponctuations peuvent différer d’une langue à l’autre. Une virgule utilisée en anglais peut être inutile en espagnol par exemple. Il est très important de connaître les nuances de chaque langue pour un travail bien fait.

Une autre chose dont vous devez vous souvenir sont les formats de date et d’heure. Devez-vous utiliser le format 24 heures, ou am/pm ? Devez-vous écrire la date sous la forme JJ/MM/AAAA ou MM/JJ/AAAA, ou existe-t-il un tout autre format utilisé dans la langue cible ? Comment la devise doit-elle être exprimée ? Cela peut sembler être de petites choses, mais elles peuvent faire une énorme différence. Dans le cadre d’une traduction financière en anglais, la devise et l’écriture des décimales différent par exemple du français.

5. Accepter des documents ne relevant pas de votre domaine de spécialisation

C’est l’une des principales erreurs de traduction en anglais. Tout comme un ophtalmologue qui n’acceptera pas de patients ayant des problèmes cardiaques, en tant que traducteur, vous ne devez accepter que les travaux relevant des sujets que vous connaissez bien. L’expérience mène à l’expertise et vous permettra de faire un excellent travail dans les sujets dans lesquels vous vous êtes spécialisé.

Certains peuvent se spécialiser dans la traduction d’œuvres littéraires, d’autres dans les documents juridiques. Certains dans les documents techniques, d’autres dans les scénarios de films ou les transcriptions médicales. Vous avez donc besoin d’une spécialisation linguistique et d’une spécialisation par sujet, et n’acceptez que les travaux pour lesquels vous avez une expertise dans les deux domaines.

Chaque niche a son propre style et son propre ton, comme nous l’avons mentionné précédemment, et même un jargon spécifique qui peut être assez difficile si vous n’êtes pas familier avec le sujet.